8 Mars : Journée Internationale des Droits des Femmes

Dans le cadre de la journée internationale des droits des femmes, Urbaser Environnement donne la parole à trois femmes qui ont à cœur de porter le savoir-faire de l’entreprise.

L’expertise de Urbaser Environnement se décline dans les métiers de la collecte, du nettoiement, mais aussi ceux de la valorisation des déchets. Urbaser Environnement mise sur la mixité et propose aux femmes des postes à responsabilités.

Au siège social, à titre d’exemple, la proportion de femmes dépasse les 40% au niveau du personnel administratif et encadrant et atteint même les 50% au niveau du Comité de Direction. Nos bureaux d’études techniques ont aussi une longueur d’avance. C’est bien sur tous les niveaux que nous faisons la promotion de la parité car nous avons toutes et tous à y gagner.

Parmi elles, Delphine, Christine et Geneviève ont accepté de répondre à nos questions.

Voici leur portrait : 

Delphine,

Etablissement de Marmande,
Agent de Maîtrise

Delphine, quel a été votre parcours ?

Issue d’un BTS Transport/Logistique, fait en alternance, j’ai entamé mon expérience professionnelle dans deux groupes des Bouches du Rhône. Je suis ensuite partie en Normandie et l’arrivée d’un troisième enfant m’a conduit à mettre ma carrière entre parenthèses pendant un peu plus de 3 ans. J’ai repris tout doucement le travail par quelques contrats en intérim et un CDD dans l’immobilier en tant qu’assistante.

Retour dans le Sud de la France et me voilà embauchée chez Derichebourg à Marignane pour la gestion du dossier ALIAPUR (Collecte des pneumatiques usagés). J’ai ensuite évolué dans cette entité comme commerciale pour la gestion des déchets automobiles puis agent de maîtrise sur l’agence de Marseille pour la collecte du Tri sélectif. Je suis entrée depuis quelques mois chez Urbaser Environnement à l’agence de Marmande.

Quel a été votre stratégie de réussite ?

Pour être honnête, je n’ai pas mis de moyens en place pour ma réussite. Je suis toujours allée où mon instinct me guidait et cela a toujours fonctionné.

"L’avantage d’être une femme est, avec le sourire et de la diplomatie, de faire passer des messages différemment auprès des hommes..."
Delphine

Bien sûr, il y a eu des moments difficiles voire éprouvants. Ma motivation a toujours été intacte et j’aime toujours autant apprendre et découvrir de nouveaux horizons. Mais j’en suis sortie grandie. Il faut avoir du caractère pour travailler dans un milieu d’hommes. L’avantage d’être une femme est, avec le sourire et de la diplomatie, de faire passer des messages différemment auprès des hommes malgré un certain machisme encore présent. Mais les mentalités changent, cela évolue petit à petit. Il reste encore du travail à faire.

Qu’aimeriez-vous dire aux jeunes qui entreraient chez nous ?

Venez, venez découvrir un secteur qui est sans cesse en mouvement. Il y a un grand panel de métiers qui sont tous aussi passionnants les uns que les autres.

 

Christine,

Etablissement de La Rochelle,
Chef d’équipe

Dans quel contexte avez-vous rejoint Urbaser Environnement ?

A 21 ans, diplômée de l’Ecole à la Direction du Transport et de la Logistique du groupe AFTRAL dans l’Oise, j’ai intégré l’entreprise de transport familiale. Pendant 20 ans, j’ai occupé différentes fonctions et évolué dans les métiers de l’exploitation comme responsable en passant par le secrétariat, la facturation, le service RH et même commerciale. J’ai ensuite pris la direction de l’entreprise pendant 7 ans. Lorsque la société a été cédée en 2012, j’ai accompagné le repreneur pendant un an.

En 2014, une opportunité s’est offerte à nous : quitter la Picardie pour aller vivre en Charente-Maritime. Un changement de vie que nous avons fait sans hésiter.

J’ai intégré l’établissement de La Rochelle en avril 2015 au poste de chef d’équipe de nuit.

Ce changement s’est-il bien opéré ? Des difficultés ?

J’ai toujours travaillé dans un milieu où la grande majorité des employés étaient des hommes. Je suis habituée et c’est une ambiance qui me convient tout à fait. Je connaissais le monde du déchet car dans l’entreprise familiale, nous avions également une partie collecte du verre et l’activité Transport était principalement axée sur le transport de déchets. Les deux secteurs d’activité étant assez proches, cela m’a permis de m’intégrer rapidement sans appréhension.

"Dans ce milieu très masculin, il faut montrer que l’on est capable de faire les mêmes tâches qu’eux..."
Christine

Dans ce milieu très masculin, il faut montrer que l’on est capable de faire les mêmes tâches qu’eux. Ceci dit, je n’ai jamais eu de remarque désagréable ou un comportement qui m’aurait laissé penser que je n’étais pas à ma place. J’ai même passé le permis Poids Lourd grâce à Urbaser Environnement alors qu’étant fille de transporteur, je ne l’avais jamais fait avant.

Cela va peut-être vous paraître bizarre mais je préfère travailler avec des hommes qu'avec des femmes.

Christine, si vous deviez donner un conseil pour les plus jeunes, quel serait-il ?

Adapter son discours à chaque personnalité et chaque métier, que vous soyez devant un chauffeur, un équipier de collecte ou un laveur. Il faut savoir être à l’écoute, prendre en considération les demandes et les remarques des collaborateurs. C’est essentiel afin de les impliquer et de les motiver. Rester humble et être à la « portée » de chacun.

Ne pas se laisser marcher sur les pieds mais montrer que les salariés peuvent avoir confiance, ce qui conduit à renforcer le respect.

Geneviève,

Etablissement de Montbrison,
Responsable d’exploitation

Comment avez-vous rejoint Urbaser Environnement ?

Après une expérience de commerciale dans le domaine des réseaux téléphoniques et celui des fournitures de bureau, et après avoir tenté une expérience personnelle (j’ai ouvert un institut de beauté), j’ai intégré en juillet 2010 le groupe Suez RV Centre Est. J’étais en charge de la commercialisation de prestations de service en gestion des déchets auprès des entreprises du secteur Loire Nord.

A l’occasion d’une réorganisation au sein du groupe Suez fin 2013, je suis devenue attachée d’exploitation pour gérer en haut et bas de quai, 12 déchèteries. Puis, j’ai pris la responsabilité d’un quai de transfert et d’un marché de PAV pour finir par la gestion d’un marché de collecte en porte-à-porte à Saint Chamond et Yssingeaux (26 collaborateurs et 14 BOM).

Je suis aujourd’hui en charge de l’exploitation de Montbrison, suite à l’attribution du marché de Loire Forez à Urbaser Environnement.

Geneviève, est-ce que le fait d’être une femme a été un frein à votre carrière ?

A aucun moment, je ne me suis dit que c’était un obstacle, jamais. En revanche, être une « jeune mère » a été plus handicapant. Un jour, un recruteur m’a clairement demandé pourquoi je souhaitais travailler alors que mon mari avait une bonne situation et que j’avais des enfants en bas âge.

La maternité est plus discriminante que la féminité pour la vie professionnelle. C’est à nous les mères d’éduquer nos enfants dans le sens de l’équité des sexes.

Aucune insatisfaction personnelle. Et puis, c’est toujours drôle de botter en touche au téléphone, en disant que le responsable n’est pas disponible.

"Ne pas s’autolimiter parce que l’on est une femme. Tout s’apprend à condition qu’on en ait envie..."
Geneviève

Une de vos clés pour réussir ?

Ne pas s’autolimiter parce que l’on est une femme. Tout s’apprend à condition qu’on en ait envie.

Le monde de l’exploitation est passionnant : Ce qui me plait, c’est d’être toujours en réflexion pour optimiser les moyens, trouver des solutions pour que les tournées soient faites, que le matériel soit correctement entretenu. C’est un monde concret où l’on mesure rapidement l’impact de ses actions.
Mais ce qui m’importe le plus reste le plaisir que je prends à faire les choses, les échanges humains et la bonne humeur dans laquelle mes journées se déroulent.

Les métiers du déchet offrent de belles opportunités dans tous les domaines.